Tramville, la ville aléatoire

A Tramville, plus de trajet domicile-travail : c’est votre lieu de travail qui vient à vous le matin et votre domicile qui vous récupère en fin de journée. La ville entière est en ballai incessant de rames qui arrivent et repartent afin de satisfaire autant d’usages qu’on y compte d’habitants. Les voies sont de longs rubans s’élevant les uns par rapport aux autres permettant aux piétons des trajets et des rencontres inattendues, au gré des arrêts des rames, toujours différents.  Devenus obsolètes, les anciens immeubles bordant les rues ont été vidés de toutes cloisons ; les balcons rendus publics  sont offerts aux promeneurs et les étages, transformés en de longues plateformes, sont ouverts à tous pour des usages éphémères, au gré des transits. Afin de ne léser personne, les déplacements des rames sont aléatoires. Il existe bien un service pour smartphone permettant de connaître en permanence sa position ainsi que celle de sa rame de destination, mais sa popularité tend à décliner. A TramVille, la destination ne vaut que par le trajet qu’elle invente; La rencontre fortuite devient la norme et  l’indécision, une qualité individuelle très courue dans les dîners en ville.